Bio jusqu’à la pointe des cheveux

Article de l’Est Républicain paru le 8 septembre 2018.

Ancienne coiffeuse traditionnelle, elle a voulu jeter aux orties les produits chimiques. « Je voulais faire autrement et je suis allée chercher autre chose », confie Angéline Bari. Après une formation à Lyon, elle décide de s’installer comme coiffeuse à domicile. « Angéline et moi », c’est le nom de sa petite entreprise. Elle s’est spécialisée dans la coloration végétale et dans le maquillage bio.

Les produits sont à base de plantes et d’huiles

A la faveur du bouche-à-oreille et de son site internet, elle s’est constitué une clientèle, plutôt féminine. Odile est ravie d’être passée aux produits naturels. « J’ai retrouvé mes cheveux comme ils étaient quand j’avais vingt ans. Ils ont retrouvé volume et douceur. Je ne reviendrai plus en arrière. C’est un changement radical ».

Le coût est identique à celui d’une coloration classique

À l’apparition des cheveux blancs, la coloration végétale promet une transition en douceur, promet la coiffeuse. « Les lignes à la repousse sont moins marquées. Le résultat est incomparable ». Ces produits garantis sans chimie et respectueux de l’environnement ont séduit des femmes qui voulaient revenir au naturel, celles qui étaient allergiques ou encore celles qui avaient eu une chimiothérapie. Le coût est identique à celui d’une coloration classique. « Sauf s’il y a une application supplémentaire ».

Les produits sont à base de plantes et d’huiles. Indigo, lichen, renouée des teinturiers, lauriers indigo pour le brun. Camomille, gaude, curcuma et épinette vinette pour le blond. Garance, rocou, henné et noyer pour le roux.
Angéline Bari est également ambassadrice de produits de maquillage bio avec un packaging en bambou et un système rechargeable. Elle sera présente ce dimanche à Faucogney-et-la-Mer.
Bio’Jours à Faucogney, samedi de 14h à 20 h et dimanche de 10 h à 10 h. Gratuit. Programme sur : lesbiojours.fr

P.L.

Source : https://c.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2018/09/08/bio-jusqu-a-la-pointe-des-cheveux

Du bio, du bon… du beau

Article paru dans l’Est Républicain le 3 septembre – Rubrique Sortir – Photo P. L.
Un week-end à passer au vert les 8 et 9 septembre dans la cité comtoise de caractère pour découvrir des producteurs bios des artisans et des artistes animés d’une même volonté : préserver l’environnement.

Ce rendez-vous né il y a quinze ans dans le village de Villafans a fait un détour par Lure avant de prendre ses marques à Faucogney-et-la-Mer. « Le cadre à la fois champêtre et l’aspect patrimonial de la commune nous ont plu. Cela nous permet de toucher à la fois des Vosgiens, Alsaciens et des personnes de l’Aire urbaine. Et même des Suisses qui ne sont pas en résidence secondaire… », souligne Christiane Zolger, présidente de l’association Terres (Tremplin pour une économie rurale responsable de l’environnement et solidaire), organisatrice des Bio’Jours.

« Manger local… »
L’ambition de Terres est intacte : contribuer au développement de l’économie rurale locale en regroupant les acteurs qui œuvrent dans le domaine de l’agriculture biologique, la préservation de l’environnement et du patrimoine, la solidarité… Le succès aidant (4 000 visiteurs lors de la dernière édition), les exposants seront plus nombreux cette année.
Autour des producteurs et des artisans, le village associatif avec quarante intervenants dans le domaine de l’environnement, les droits humains et le lien social. On pourra tester des vélos électriques, bénéficier de précieux conseils en matière d’habitat et d’énergie.
En amont des Bio’Jours, l’association a répondu à l’appel d’offres du Parc naturel des Ballons des Vosges et a travaillé avec le collège de Faucogney autour du thème : « Manger local, c’est idéal ». Fruit de cette collaboration : un répertoire du manger bio et local 30 km à la ronde autour de Faucogney avec des adresses en Haute-Saône mais aussi dans les Vosges et en Alsace. Pendant la foire, des ateliers de fabrication de goûters bios seront proposés. Pour le menu, les repas seront élaborés à partir de légumes d’une ferme maraîchère de la Damotte, de La Bruyère.
Au programme également : balades botaniques, découverte du patrimoine, ferme pédagogique…

Patricia LOUIS
Source : https://c.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2018/09/03/du-bio-du-bon-du-beau#0_1